Chronique sociale
Chronique sociale
Nous vous aidons à comprendre le monde
Image
Fondée à Lyon en 1892, Chronique sociale s'est préoccupée dès ses origines
de sensibiliser aux évolutions de la société et de suggérer une organisation
de la vie collective, plus solidaire et plus respectueuse des personnes.

Chronique sociale
Image
Votre panier est vide
Image
Mon compte
Image
Image
Précédent  < | | | | | Image...Image | Image231Image | Image232Image | Image233Image | Image234Image | Image235Image | Image236Image | Image237Image | Image238Image | Image239Image | Image...Image Suivant

Parents, enseignants... La guerre ouverte ?
Un livre + un DVD

Auteur(s) : Béague Philippe (Fondation Dolto, Bruxelles) (Sous la direction de)
Co-éditeur(s) : Couleur livres
Nombre de pages : 120 p
Poids : 230 g
Format : 15 x 22 cm
ISBN : 978-2-87003-461-X

Prix unitaire TTC : 15,10 €

Un livre à destination des professionnels. 
Qui sont ces parents face à vous ? Comment pouvons-nous réagir ? Comment mettre en place un partenariat dans le respect de la réciprocité ?

4e de couverture  |  L'auteur  |  Le DVD
Le DVD
Le DVD

Pour la première fois, un DVD vient renforcer une réflexion fouillée sur l'acte éducatif. Il comprend un reportage au coeur d'un collège "difficile" en banlieue parisienne et le travail au quotidien de Marie-France Santoni-Borne, Principale. Il montre aussi la place que Jacques Duez, professeur de morale, donne à l'expression de la parole à l'enfant. Enfin, il nous fait réfléchir avec Pie Tshibanda, psychologue et conteur africain, à la responsabilité que nous prenons, nous les adultes, dans notre incontournable mission d'éducation.

Marie-France Santoni-Borne, Principale
“Madame la Principale”
90 min

Pendant plusieurs mois, la caméra de Thierry de Lestrade a suivi Marie-France Santoni-Borne, Principale du collège Pierre-Degeyter à Saint-Denis.

Voici ce que dit d'elle Alain Remond dans le livre d'entretiens (“L'élève au coeur”) qui les a réunis : “Le credo de Madame la Principale est aussi simple qu'exigeant : mettre au-dessus de tout l'intérêt des élèves... des élèves en difficulté, abîmés par des vies cabossées... des élèves souvent difficiles, parfois violents... Tel est son pari : sortir ces enfants de la violence, de l'échec, du dégoût de l'école en misant sur leur intelligence, leur sensibilité... c'est parce qu'elle les respecte qu'elle leur demande à eux aussi de respecter l'école et ceux qui y travaillent... Elle est intransigeante sur les règles, la discipline, qui sont les garants de la vie commune, de l'intérêt commun... mais toujours elle explique : les règles n'ont de sens et d'efficacité que si elles sont comprises dans une relation de confiance mutuelle... pour elle, l'école est la seule chance de s'en sortir, de grandir, de s'ouvrir vers d'autres mondes. Alors, elle veut passionnément leur donner toutes leurs chances”.


Jacques Duez, instituteur
“Enfant mon ancêtre”
25 min

Jacques Fuez est l'artisan au service de la pensée de l'enfant, l'orfèvre qui cisèle le climat d'écoute qui permet aux mots de prendre sens et dont les enfants se surprennent eux-mêmes d'en être les maîtres, l'artiste peintre qui prépare son tableau mais qui, discrètement se retire pour les laisser libres d'en créer les couleurs.

“J'ai fonctionné pendant trente ans, non comme instituteur, mais comme professeur de morale. Très vite, j'ai constaté que quand on se donnait la possibilité d'écouter les enfants, on avait affaire à des interlocuteurs tout à fait épatants.
J'ai commencé par les enregistrer puis la technique évoluant, je les ai filmés en vidéo, et peu à peu archivé tout ce matériel que parfois je leur repassais pour avoir leur avis sur ce qu'ils avaient dit trois ou quatre ans auparavant.
Alors, j'ai organisé des rencontres avec les parents, et au lieu de leur dire ce que moi je pensais de leurs enfants, c'est leurs enfants qu'ils voyaient et ils étaient abasourdis de découvrir un enfant qu'ils croyaient connaître par coeur et qu'ils découvraient tout à fait différent dans la vidéo”.


Pie Tshibanda, psychologue et conteur africain
Un psychologue noir au pays des blancs
25 min

Le regard lucide de Pie Tshibanda nous interroge avec humour sur la civilisation dont nous sommes si fiers mais qu'a déserté le sens de l'autre, de la rencontre, de la responsabilité assumée des adultes vis-à-vis des enfants.

Laurent Ancion dit de lui : “Pie n'est pas de ces militants qui lèvent le poing. Pie cogne avec des mots. De Socrate, il a l'art de la question qui évite l'accusation. Il soulève nos défauts par kilos, mais il n'en fait pas un pesant procès : il se jette dans la mêlée... Pie Tshibanda, mélange rare du sud et du nord, n'a pas de recette, sauf sa capacité d'étonnement. Elle devrait être universelle. Nous gagnerions beaucoup de temps sur le long chemin du respect mutuel”.

Précédent  < | | | | | Image...Image | Image231Image | Image232Image | Image233Image | Image234Image | Image235Image | Image236Image | Image237Image | Image238Image | Image239Image | Image...Image Suivant
Chronique sociale
Chronique sociale
Chronique sociale
Chronique sociale
Crédits
Powered by WysiUp
Image
Image
Chronique sociale - 1, rue Vaubecour - 69002 LYON - Téléphone : 04 78 37 22 12 - Télécopie : 04 78 42 03 18 - Siret 973 500 242 00035

Image
Haut de la page
Afin d'améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver les informations de connexion et fournir une connexion sure, collecter des statistiques en vue d'optimiser les fonctionnalités du site et adapter le contenu à vos centres d'intérêt. Cliquez sur OK et continuer pour accepter les cookies et poursuivre directement sur le site. En savoir plus