Démilitariser la France

ISBN 978-2-36717-847-9 Catégorie Comprendre la société
13,27 €
Plaidoyer pour un pays acteur de paix
 
Mots-clés : Non violence, Citoyenneté, Armement, Éthique, Mobilisation citoyenne, Politique
 
Auteur Refalo Alain
Nombre de pages 132 p.
Format 15 x 22 cm
Poids 192 g
Partager
 
La France est l’un des pays les plus militarisés parmi les pays démocratiques. Notre pays cumule à la fois des symboles militaristes (histoire et mémoire guerrières, défilé militaire, hymne national), une politique de défense très coûteuse avec notamment la dissuasion nucléaire, une industrie de défense qui alimente un important commerce des armes, de nombreuses interventions militaires extérieures et une tendance de plus en plus affirmée à la militarisation de la société.
 
Cet ouvrage met au jour les différents éléments qui structurent la militarisation de notre pays, avec des rappels historiques et des faits d’actualité, conjugués à une réflexion éthique argumentant sur la nécessité de sortir de cette militarisation afin que la France agisse en cohérence avec les valeurs de Liberté, d’Égalité et de Fraternité.
 
Pour que la France devienne un véritable acteur de la paix dans le monde, Alain Refalo propose un vibrant plaidoyer en faveur de la mobilisation citoyenne, seule à même de faire bouger les lignes politiques sur des sujets trop souvent confinés dans des cercles spécialisés.
 
Pour visualiser le sommaire (Format pdf) :
Sommaire - Démilitariser la France
 
Alain Refalo est enseignant et militant de la non-violence. Objecteur de conscience au service militaire dans les années 1980, il est membre du Mouvement pour une alternative non-violente (MAN). Depuis 1988, il collabore régulièrement à la revue trimestrielle Alternatives Non-Violentes.
 
Co-fondateur du Centre de ressources sur la non-violence de Midi-Pyrénées en 2003, il est également chargé de recherche à l’Institut de recherche sur la résolution non-violente des conflits (IRNC). Professeur des écoles, sa lettre En conscience, je refuse d’obéir, publiée en novembre 2008, avait déclenché une vague de désobéissance pédagogique inédite parmi les enseignants du primaire, révoltés par des "réformes" scélérates à l’ère de la présidence Sarkozy.