L'inné et l'acquis

ISBN 2-85008-105-1 Catégorie Comprendre les personnes
18,58 €
Inégalités "naturelles", inégalités sociales
Mieux comprendre ce qui est issu de notre patrimoine génétique et ce qui est lié à notre vie sociale.
Auteur Skrzypczak Jean-François
Nombre de pages 206
Format 16x22 cm
Poids 320 g
Partager
S’il est un domaine qui soulève l’intérêt et parfois les passions, c’est bien celui de l’inné et de l’acquis. Il suffit, dans une discussion, même familiale, d’engager le débat sur ce thème pour que les passions se soulèvent et que des antagonismes, souvent irréductibles, apparaissent. La raison en est que tout le monde sent bien que derrière cette question, même si cela n’apparaît pas explicitement, d’autres enjeux se profilent, qui touchent la façon même de voir la vie, la société, la façon de l’organiser, la distribution des différentes tâches au sein de la division du travail, l’acceptation ou le rejet des inégalités. Bref, le problème de l’inné et de l’acquis cristallise le choix des valeurs que nous effectuons dans nos sociétés : son enjeu est donc profondément politique car il touche, en son fondement même, la façon qu’a chacun de penser l’existence sociale.

Mais avant de répondre à une question posée de façon si générale, il est nécessaire de voir ce que les différentes sciences peuvent dire. C’est pourquoi ce livre a voulu suivre la constitution d’un être humain à partir de sa conception jusqu’à sa maturité où il est capable de parler, d’avoir des comportements intelligents. Pour cela, les données essentielles de la biologie moléculaire, de la génétique, de l’embryologie, de l’éthologie, de l’ethnologie, de la linguistique, de la psychologie sont présentées. Ceci permet de prendre la mesure de la complexité d’une question qui se divise en plusieurs autres selon les domaines et les niveaux considérés. À la simplicité d’une interrogation unique, se substituent des questions et donc des réponses ou des non-réponses différentes. La science commence quand on sait poser les bonnes questions et quand on refuse de poser les mauvaises (par exemple, celle de calculer la part qui reviendrait aux gènes et au milieu dans l’apparition des comportements intelligents chez l’homme).

Cependant, tout en reconnaissant l’apport des différentes sciences, ce livre aboutit à l’idée que ce n’est pas dans la science que les hommes peuvent répondre fondamentalement à la question des inégalités sociales et culturelles. S’il est important de savoir ce que les sciences nous disent dans leur domaine respectif de compétence, il est tout aussi indispensable de ne pas faire dire aux sciences ce qu’elles ne peuvent pas dire. Il est inutile et vain de chercher une éthique dans la science ou à partir de la science car elle ne peut pas répondre à la question du juste et l’injuste. L’interrogation politique et morale fondatrice des normes et des valeurs, loin d’être annulée par la science, est plus que jamais nécessaire.
Jean-François Skrzypczak a mené parallèlement des études de psychologie et de philosophie. Il est professeur agrégé de philosophie en classes préparatoires au lycée Jean Puy de Roanne ainsi qu'au lycée de Montbrison (Loire).
Il a déjà publié plusieurs ouvrages à la Chronique Sociale : La psychologie et ses domaines (en collaboration avec J.-M. Fournier et M. Richard, 2e édition), Penseurs pour aujourd'hui (en collaboration avec Marie-Françoise Côte-Jallade, Michel Richard).

Du même auteur

1 à 3 ans

Du même auteur